Abidjan : concert à éclipses pour Black M, dans une ambiance électrique

 

Bousculades, mouvements de foule, gaz lacrymogènes... La dernière soirée de concerts du Femua, en Côte d'ivoire, s'est tenue samedi soir dans une ambiance ultra-électrique. 

Il est 23 h 30, Black M, une des têtes d'affiche, monte sur scène devant quelque 30 000 personnes, voire plus. Impossible d’estimer vraiment le nombre de spectateurs tant la masse humaine s’étend jà perte de vue. Juste avant le début du show, un des présentateurs essaie de calmer la foule compacte et surexcitée. En vain. La star française d’origine guinéenne entame son live avec son hit «Madame Pavoshko». La tension monte encore d’un cran, malgré le ton bon enfant de son répertoire. Le Festival de musique urbaine d'Anoumabo (Femua), en Côte d'ivoire, s'apprête à connaître une soirée brûlante.

Au bout de quatre morceaux, les mouvements de quelques milliers de spectateurs devant la scène se font tellement violents que Black M s'interrompt pour des raisons évidentes de sécurité. Le site, trop étroit et sans issue de secours pour accueillir autant de monde, est vite saturé et ne permet pas une évacuation fluide. La police et les CRS ont beau jouer de leurs matraques télescopiques, rien n’y fait. Les habitants du quartier ne parviennent pas davantage à assurer la sécurité. Les différentes barrières métalliques ont toutes sauté, l'une après les autre, et semblent aussi légères que des cartes à jouer. La tour qui abrite les consoles et les lumières tremble. Par mesure de précaution, les dizaines de journalistes au pied de la scène sont rapatriés en catastrophe dans des tentes près des loges. Une longue pause commence, qui va durer plus d’une heure.

Tiken Jah Fakoly arrive à plus de deux heures du matin

Des dizaines de blessés sont pris en charge par la Croix Rouge locale et s’entassent dans une tente de fortune. Le ministre de l’Intérieur en personne, Ahmed Bagayoko, est présent. Personnalité centrale du monde du spectacle ivoirien, il est là chaque année mais, cette saison, il vient aussi calmer le jeu. Il passe saluer Black M en attente dans sa loge, puis vient s'adresser au public, qui le salue comme une rock star, toujours accompagné d’Asalfo. Le leader des Magic Sytem, qui organise le rendez-vous depuis 10 ans, monte pour la deuxième fois sur scène. En leader charismatique, il s’adresse à son tour au public pour l’apaiser et envoie un des membres de son groupe traverser la foule compacte, avant de donner le go de la reprise.

Les barrières remises, les espaces de sécurité recalibrés, Black M remonte finalement sur scène pour un set raccourci, en terminant sur son hit « A l’Ouest ». Après une autre heure de pause, la star ivoirienne Tiken Jah Fakoly arrive à plus de deux heures du matin. C’est l’icône que tout le monde attend. Avec son reggae engagé, l'ambiance connaît son apothéose. Les mouvements de foule reprennent quand « le taulier » entame son emblématique « Ouvrez les frontières ». Le concert se termine à 4 heures et demie du matin, au terme d’une nuit épique. 

 

LeParisien.fr

De notre envoyée spéciale à Abidjan, Marie Poussel

Le 30 avril 2017

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0