Algérie – Guinée : Les Verts en mode espagnol

4 mois après l’échec de la CAN du Gabon, la sélection algérienne sera en appel ce soir  au stade Mustapha- Tchaker pour donner la réplique au Syli National dans une rencontre amicale de préparation pour le premier match des éliminatoires de la CAN 2019 prévu le 11 juin face au Togo.

Les Verts qui ont changé entre-temps d’entraîneur avec l’arrivée de l’Espagnol Lucas Alcaraz  aborderont l’empoignade d’aujourd’hui sous une nouvelle ère et avec beaucoup d’espoir. Même si la rencontre porte un cachet amical mais compte tenu du changement radical de la barre technique et l’arrivée d’une nouvelle fédération le match sera un peu particulier car les joueurs vont se donner à fond dans le but de convaincre leur nouveau sélectionneur d’un côté et plaire au public de l’autre côté après plusieurs contre-performances dans les éliminatoires de la CM  2018 et l’élimination prématurée dès le premier tour du dernier tournoi africain 2017. Les joueurs qui semblent avoir adhéré au discours de leur coach espagnol ont à cœur de bien entamer ce nouveau cycle comme l’a bien déclaré Yassine Brahimi qui connaît bien plus que les autres Lucas Alcaraz : « Je m’entends bien avec lui et je pense qu’il va apporter à la sélection algérienne beaucoup de bonnes choses. Il faut  qu’on gagne plusieurs matches pour reprendre confiance et se relancer», a souligné le joueur du FC Porto lors de la zone mixte organisée samedi passé au CTN.

Particulier pour Feghouli et Medjani

Ecartés de la dernière CAN  du Gabon  par l’ancienne FAF, les deux cadres de l’EN à savoir Feghouli et Medjani sont de retour en sélection. Le nouveau sélectionneur a fait appel à eux car il estime que l’équipe a besoin d’eux. Leur retour semble avoir redonné confiance au groupe puisque  on a ressenti depuis l’entame du rassemblement que l’ambiance est beaucoup plus détendue  et tout le monde tire dans le même sens. Feghouli et Medjani  qui ont été affectés moralement par leur mise à l’écart de la dernière CAN auront une revanche à prendre sur le sort quand ils fouleront la pelouse du stade Tchaker , ils vont certainement tout donner pour montrer que les personnes qui ont décidé de les écarter du Gabon se sont trompés.

La Guinée, un mauvais souvenir 

Même si la rencontre à un caractère amical  la sélection algérienne va sans aucun doute  l’aborder avec un esprit de revanche  car  il y a moins de deux ans les deux équipes se sont rencontrées au stade du 5-Juillet en amical, une empoignade qui  a vu le Syli National prendre le dessus sur  les fennecs en l’emportant 2-1. La sélection guinéenne a fait sensation en s’imposant grâce à un doublé  de son joueur Alassane Bangoura alors que le but algérien a été l’œuvre de Slimani le Syli National aurait même pu l’emporter sur un score plus large, si elle n’avait pas péché par un excès de confiance. D’ailleurs cette défaite a eu des répercussions sur l’avenir de l’ex-sélectionneur Christian Gourcuff qui quittera plus tard la barre technique des Verts. La sélection algérienne version Lucas Alcaraz ne veut pas revivre le scénario de novembre 2015 devant le même adversaire pour cela elle doit retrouver certaines valeurs comme l’envie, la détermination et la combativité.

Alcaraz, bien démarrer l’aventure

Entamer une nouvelle aventure par une victoire est l’idéal pour un coach, ce sera certainement le souhait du successeur de Leekens qui veut réussir ce premier examen amical afin de préparer dans la sérénité le RDV du 11 juin face au Togo. L’entraîneur espagnol qui a visionné plusieurs matches de l’EN va certainement miser sur les joueurs les plus en forme  qui ont l’expérience requise pour  imposer le jeu et bien appliquer les directives. Il va compter sur les joueurs qui ont l’habitude de jouer pour constituer son onze-type. Il sait qu’une victoire avec une prestation convaincante va l’aider dans son travail pour la suite du parcours. Les Verts qui restent sur une série de mauvais résultats ont devant eux l’occasion pour  rebondir et décrocher une victoire qui serait bonne pour le moral du groupe et qui permettrait aux coéquipiers de Ghoulam  de relever la tête.

K. H.

Alcaraz a décidé de le repositionner

Brahimi retrouvera son couloir gauche

S’il y a un joueur que l’entraîneur national connaît bien au sein de notre équipe nationale, c’est bien Yacine Brahimi. En effet, et comme tout le monde le sait, Lucas Alcaraz a entraîné le milieu de terrain du FC Porto lorsque ce denier évoluait à Grenade. Un joueur qu’il connaît bien, même si cela ne l’a pas empêché de se déplacer lors de sa tournée européenne jusqu’à Porto pour le rencontrer et discuter en aparté avec lui.

Il y a quelques jours de cela, nous interrogions le coach espagnol sur le poste idéal que devrait occuper Brahimi afin qu’il soit à 100% de ses capacités, Alcaraz dira : « Un joueur comme Yacine Brahimi, il est important de le lasser comme électron libre. Il ne faut pas le limiter dans un poste précis. Bien évidemment, lui il joue sur le côté gauche, mais il faut qu’il ait cette liberté sur le terrain », nous a répondu l’entraîneur des Verts.

Et bien ça sera chose faite, et cela à partir du match de ce soir face à la Guinée. Habituellement aligné au milieu de terrain comme meneur de jeu, Lucas Alcaraz alignera Yacine Brahimi dans le couloir gauche avec une grande liberté d’action.

Fgehouli et Saâdi en deuxième période

Il devrait être épaulé au milieu par Sofiane Hanni, auteur d’une très belle saison avec Anderlecht et de Riyad Mahrez sur le côté droit. Devant et comme d’habitude, on devrait retrouver le buteur attitré de l’EN Islam Slimani.

Néanmoins et du fait que c’est une rencontre amicale, l’entraîneur national prévoit plusieurs changements, notamment devant.

Ainsi, Sofiane Feghouli et Idriss Saâdi devraient rentrer en cours de jeu. Idriss Saâdi dont Lucas Alcaraz pense le plus grand bien veut le voir à l’œuvre, lui qui a inscrit 16 buts avec son club de Courtrai cette saison. Feghouli quant à lui n’est plus à présenter, mais aura l’occasion ce soir face à la Guinée de prouver que l’EN peut toujours compter sur lui.

D’autres changements d’ordre tactique cette fois-ci devraient aussi être opérés en seconde période. Si Alcaraz veut débuter avec un 4-4-2 voire le 4-3-2-1 en première mi-temps, il n’est pas impossible de voir un 3-5-2 en seconde période avec notamment l’entrée de Carl Medjani dans l’axe en compagnie d’Issa Mandi et de Ramy Bensebaïni. C’est pour dire que pour cette joute amicale, Lucas Alacarz veut à la fois mettre en place son équipe-type, mais aussi essayer d’autres alternatives.

Asma H. A.  

Equipe probable : Mbolhi, Mandi, Bensebaïni, Attal, Ghoulam, Taïder, Bentaleb, Brahimi, Hanni, Mahrez, Slimani

Il débutera comme arrière droit

Attal, la surprise d’Alcaraz

La convocation d’Youcef Attal, et contrairement à ce que peuvent penser certains, a été la décision exclusive de Lucas Alcaraz. Ayant eu vent que le coach espagnol voulait faire appel au joueur du PAC, Kheireddine Zetchi a fait savoir à son coach que ce n’était pas le moment opportun pour faire appel à son ancien joueur, surtout que ce dernier ne faisait pas partie des sélections jeunes des équipes nationales, mais l’ancien entraîneur de Grenade n’a rien voulu savoir et a campé sur sa position, décidant ainsi de le convoquer. Un arrière droit dont on lui a dit le plus grand bien en Espagne lorsqu’Attal est parti passer des tests au Bétis Séville il y a quelques jours de cela. Des tests qui ont d’ailleurs été concluants.

Des vidéos des deux matchs amicaux qu’il a disputés lui ont même été envoyées. C’est pour dire que si Lucas Alcaraz a décidé de faire appel à un joueur de Ligue 2 Mobilis dont personne ne parlait, ce n’est pas pour faire de la figuration mais pour qu’il le fasse jouer. Ainsi et depuis le début du stage, et à chacune des mises en place tactiques, Youcef Attal a toujours été aligné avec les titulaires dans le couloir droit de la défense. C’est pour dire que le nouvel entraîneur national pense enfin avoir déniché l’arrière droit qui manquait aux Verts au cours de ces dernières années. Youcef Attal devrait donc débuter comme titulaire face à la Guinée ce soir. Une chance inouïe pour une jeune de 21 ans pour briller en EN, comme l’avait fait Islam Slimani lors de l’ère Halilhodzic et, surtout, pour donner raison à son coach qui lui a fait confiance et pris le risque malgré toutes les critiques essuyées à la suite de l’annonce de sa liste jeudi dernier.

Il est enfin important aussi de préciser que la grande force d’Attal c’est sa vitesse et son abatage sur le terrain. Des qualités qui ont fait défaut dans ce compartiment défensif, notamment lors de la précédente CAN, et les deux matchs qualificatifs pour la Coupe du Mmonde face au Cameroun et au Nigéria.

A. H. A.
competition.dz
Le 6 juin 2017

Écrire commentaire

Commentaires : 0