Arabie Saoudite : Donald Trump appelle le monde arabe à s'unir contre le terrorisme

 Le président américain a adressé ce dimanche un discours très attendu à une cinquantaine de dirigeants de pays à majorité musulmane, les invitant à “se confronter avec honnêteté à la crise de l’extrémisme islamiste et aux groupes terroristes islamistes qui s’en inspirent”.

En déplacement en Arabie Saoudite pour affaires, Donald Trump a prononcé à Ryad un discours très attendu, défendant une “vision pacifique de l’islam” alors qu’il n’a eu de cesse de critiquer cette religion et ses fidèles. Le président américain a clairement édulcoré son discours, exhortant les musulmans à s’unir contre le radicalisme et le terrorisme : “Il s’agit d’une bataille entre des criminels barbares qui cherchent à éradiquer la vie humaine et des gens biens de toutes les confessions qui cherchent à la protéger”, a-t-il déclaré devant une cinquantaine de dirigeants arabo-musulmans.

Fidèle à ses idées non interventionnistes, le préside américain a également averti : “les nations du Proche-Orient ne peuvent attendre que la puissance américaine écrase cet ennemi à leur place” et cette lutte implique de “se confronter avec honnêteté à la crise de l’extrémisme islamiste et aux groupes terroristes islamistes qui s’en inspirent”. (…) “Et cela demande de se montrer soudés face aux meurtres de musulmans innocents, à l’oppression des femmes, à la persécution des juifs et au massacre de chrétiens”, a-t-il ajouté.

Mais cette union entre musulmans parait bien compliquée. Juste avant sa prise de parole, le roi Salman d’Arabie a lui aussi prôné l’unité “contre les forces du mal et l’extrémisme où qu’ils se trouvent” tout en accusant explicitement son voisin et ennemi juré, l’Iran, d’être le “fer de lance du terrorisme mondial”.

Un discours nettement moins radical à l’égard des musulmans

Le discours de Donald Trump devrait toutefois réchauffer légèrement ses relations avec la communauté musulmane, lui qui a ouvertement fait l’amalgame entre les fidèles de cette religion et les terroristes et qui a pris sitôt arrivé au pouvoir un décret – plus tard jugé illégal – interdisant l’entrée sur le sol américain des citoyens de sept pays musulmans, (dont l’Arabie saoudite ne faisait pas partie).

 

M6info
Le 21 mai 2017

Écrire commentaire

Commentaires : 0