Archives de Guinée - Paris : Meeting du Pr Alpha Condé « Après la Tabaski, nous ferons ce qu'il faut pour que Dadis parte»

Au lendemain du rejet par le Forum des Forces Vives des propositions de sortie de crise faites par le médiateur Blaise Compaoré, le Professeur Alpha Condé est venu rassurer la diaspora de Paris, quant à la suite des négociations. 

Dimanche 22 novembre, un meeting des Forces Vives, où un grand nombre de partis était représenté, fut organisé à Bagnolet. 

Ce rendez-vous aura servi à renforcer l'union du Forum, pour quiconque aurait souhaité la démentir.

Pour la première fois depuis l'arrivée des militaires au pouvoir, le Professeur Alpha Condé a pu s'adresser aux compatriotes guinéens de France. Le rendez-vous était important puisqu'il y a quelques jours seulement, le président du Burkina, médiateur de la crise guinéenne, avait fait connaître ses propositions de sortie de crise dans lesquelles il proposait un gouvernement de transition avec à sa tête un représentant du CNDD et comme premier ministre un membre des Forces Vives. Ces propositions, comme l'a énoncé le Professeur Condé, ne prenant pas en compte les préoccupations des Forces Vives et du peuple guinéen, ont été rejetées clairement. Cependant, le Forum des Forces Vives maintient sa confiance à l'égard de Blaise Compaoré. « Nous sommes prêts à discuter de tout sauf du départ de Dadis et de sa non-candidature », nous a-t-il rassuré.

Pour tous ceux qui souhaiteraient créer la discorde au sein des Forces Vives et prouver leur division, la présence de nombreux partis et d'organisations de la société civile nous a démontré en ce jour, le contraire. Les partis non représentés à Ouaga, tels que le NFD ont affirmé leur appartenance aux Forces Vives et affirmé qu'ils suivaient les douze représentants impliqués dans les négociations. Comme l'a dit Alpha Condé, « nous devons nous asseoir sur nos ambitions politiques pour l'avenir de la Guinée », car à l'heure actuelle, il n'y a que l'union qui pourra faire partir Dadis. D'ailleurs, les représentants des Forces Vives continuent à vouloir attirer tous les partis encore récalcitrants à l'idée de rejoindre ce Forum de « consensus minimum », où chacun a dû revoir ses exigences à la baisse pour créer une nouvelle logique d'action unifiée. C'est la division au sein des partis qui a fait échouer les mouvements précédents et cela, tout le monde semble l'avoir bien compris. Mr Diakité, coordinateur des Forces Vives Section France l'a très bien exprimé en disant que « l'existence des Forces vives n'est pas un hasard, c'est l'évolution du pays qui nous a amené à sa création. Nous sommes obligés de nous serrer les coudes pour sauver la nation. »

Mais que  devons-nous faire aujourd'hui? Comme l'a dit le Professeur, ce n'est pas le médiateur qui va dire à Dadis de partir. Le peuple guinéen a obtenu un soutien international exceptionnel. C'est la première fois que l'Union Africaine se réunit pour prendre des sanctions contre l'un des siens et que la Communauté internationale prend ces mêmes sanctions. C'est désormais au peuple guinéen de montrer sa volonté de faire partir Dadis.  « Il faut que l'on commence les actions sur le terrain comme en 2006-2007. Les représentants des Forces Vives sont partis de Ouaga avec la volonté de faire quitter Dadis par des actions sur le terrain et de renforcer la lutte au niveau international », a affirmé Alpha Condé, président du RPG et représentant du Forum des Forces Vives de Guinée. Il a ajouté, qu'« après la  Tabaski, nous ferons ce qu'il faut pour que Dadis parte ».

Alors tenons nous prêts pour que dès que le mot d'ordre sera lancé, nous réagissions et agissions pour l'avenir de la Guinée!

Dépêche de Mamadou Aliou BAH correspondant en France d'Aminata.com
Le 23 août 2017

Écrire commentaire

Commentaires : 0