Corruption en Guinée - les statistiques sont alarmantes de centaines de milliards de francs guinéens détournés chaque année et les indicateurs sont au rouge selon les experts

Abidjan, 19 avril - Après la publication du dernier rapport des Nations Unies sur la corruption classant la République de Guinée 147ème pays corrompu du monde, le pays a été de nouveau examiné par des experts camerounais et mauritaniens, deux pays chargés de suivre l’évolution de la pratique et de lutte contre la corruption dans ce pays, rapporte l’Agence guinéenne de presse (AGP).

Ces examinateurs affirment relever des insuffisances dans cette lutte, notamment le manque de loi anti-corruption avec des statistiques alarmantes de centaines de milliards de francs guinéens détournés chaque année et les indicateurs sont au rouge.

«Si vous prenez l’enregistrement du patrimoine bâti public, mais le profil pays de la Guinée est au rouge», a déclaré le secrétaire exécutif de l’Agence Nationale de Lutte contre la Corruption et promotion de la Bonne gouvernance (ANLC), Sékou Mohamde Sylla.

Si la loi anti-corruption, en retard, était adoptée et promulguée, les pays examinateurs ont signalé des insuffisances qui n’allaient pas être retrouvées dans le rapport analytique qu’ils nous ont adressé, a-t-il fait savoir.

Les différents services chargés d’appliquer la loi, notamment les Cours des Comptes et Constitutionnelle, Interpol, la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CENTIF), Office de Répression des Délits Economiques et Financiers (ORDEF), la Direction nationale de comptabilité matière et du matériel et l’ANLC, sont réunis depuis mardi pour examiner et répondre ce rapport, afin que la Guinée soit parmi les pays conformes de la Convention des Nations Unies contre la corruption.

AIP/laminute.info
Le 20 avril 2017

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0