Des médecins français pourraient avoir trouvé la solution au mal de dos chronique

Un groupe de médecins français est parvenu à diviser par deux la douleur de patients atteints de lombalgie en injectant un corticoïde directement dans le disque vertébral.

Vous souffrez de lombalgie, c'est-à-dire d'un mal de dos chronique ? Cette innovation devrait vous intéresser. Une équipe de médecins français, dirigée par les professeurs Serge Poiraudeau et François Rannou, vient de publier une étude dans une revue scientifique américaine Annals of internal medicine, mercredi. Ces recherches portent sur un nouveau traitement révolutionnaire pour traiter certaines lombalgies. Le fruit de plus de 15 ans de travail pour soulager des patients qui, jusqu'ici, ne disposaient d'aucun traitement réellement efficace.

Un corticoïde injecté dans le disque vertébral. En France, ce nouveau traitement pourrait concerner 500.000 à un million de patients. Mais attention, il ne saurait soulager ceux qui souffrent d'une hernie discale. En revanche, il serait très efficace chez des patients qui ont mal au dos depuis plusieurs années, surtout le matin, à cause d'une inflammation au niveau des disques entre les vertèbres. C'est justement à ces endroits qu'intervient ce traitement, qui consiste à injecter un corticoïde, directement dans le disque vertébral du patient.

La douleur divisée par deux. La procédure se pratique sous contrôle radiographique. L'acte ne dure que 30 minutes, sous anesthésie locale, et en ambulatoire. "On est chez des patients avec des niveaux de douleur très élevés, aux alentours de 7/10 sur l'échelle visuelle de la douleur. Quand vous mettez le médicament dans le disque, en un mois, vous passez à 3,5/10. On divise donc la douleur par deux, ce qui est énorme pour des patients qui ont mal au dos depuis, en moyenne, quatre, cinq, six ans", explique le Pr François Rannou, rhumatologue à l'hôpital Cochin à Paris.

Prolonger le soulagement. Prochaine étape pour ce groupe de médecins français : faire en sorte que ce soulagement dure plus longtemps. En effet, à l'heure actuelle, les bienfaits du traitement durent, en moyenne, trois mois. Les scientifiques vont donc tester d'autres médicaments, voire essayer d'injecter des cellules-souches avec un fort potentiel anti-inflammatoire, directement dans les disques vertébraux.

Écrire commentaire

Commentaires : 0