Donald Trump : l'audition à haut risque de l'ex chef du FBI

James Comey, l’ancien directeur du FBI, est entendu jeudi à 16h (heure française) par la commission du Renseignement du Sénat américain. Une audition potentiellement dévastatrice pour Donald Trump.

C’est un témoignage explosif que s’apprête à entendre jeudi le Congrès américain. James Comey, l’ancien patron de la police fédérale américaine devrait y compromettre Donald Trump.

Avant son limogeage brutal le 9 mai sur ordre du bureau oval, le président américain lui aurait en effet demandé de mettre fin à une enquête sur les liens entre son ex-conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, et la Russie.

Cette audition, attendue comme l’une des plus importantes organisées par le Congrès depuis des années, pourrait avoir des conséquences pour la présidence Trump. Celle-ci est empoisonnée depuis l’investiture de l’homme d’affaires le 20 janvier par des soupçons de collusion entre des membres de son entourage et des responsables russes.

“Dissiper le nuage”

Or, dans une déposition écrite publiée mercredi soir par la commission sénatoriale du Renseignement, James Comey explique que Donald Trump lui aurait demandé de “dissiper le nuage” provoqué par l’enquête sur l’ingérence russe, considérée comme une entrave à l’exercice de son mandat de chef de l’Etat.

Plus grave encore, James Comey ajoute que, lors d’un tête à tête le 14 février dans le bureau Ovale de la Maison blanche, Donald Trump lui a demandé d’abandonner l’enquête sur Michael Flynn. L’éphémère conseiller à la sécurité nationale avait omis de faire part de ses relations avec l’ambassadeur de Russie à Washington. Il avait été contraint de démissionner mi-février.

“Loyauté”

D’autres faits issus de la déposition de l’ancien patron du FBI sèment le trouble. Lors d’un dîner en tête à tête, le 27 janvier, Donald Trump lui aurait demandé de lui garantir sa “loyauté”. L’ancien directeur du FBI aurait répondu en promettant une “honnêteté loyale”.

“Je suis très troublé par le fait que la loyauté était la condition exigée de Comey pour qu’il conserve son poste, ce qui pour reprendre les termes de Comey revient à une ‘relation de favoritisme’. C’est un autre moyen pour le président d’entraver l’enquête”, a commenté le sénateur démocrate Ron Wyden.

Lors de cette audition, la personnalité de James Comey pourrait jouer un rôle déterminant. D’un tempérament prudent, connu pour noter par écrit le contenu de ses entretiens officiels, l’ancien directeur du FBI a la réputation de s’en tenir aux faits alors que Donald Trump a démontré qu’il était d’un caractère impulsif et colérique. Réponse à 16h.

M6.info
Le 8 juin 2017

Écrire commentaire

Commentaires : 0