François Hollande au chevet de Théo, hospitalisé à Aulnay-sous-Bois

POLITIQUE - Dans la matinée, il avait fait sa première déclaration publique sur le sujet. Ce mardi 7 février dans l'après-midi, François Hollande s'est rendu au chevet de Théo, le jeune homme violenté par des policiers au cours d'une arrestation jeudi 3 février à Aulnay-sous-Bois.

Le chef de l'État, qui est resté une demi-heure avec Théo entouré de plusieurs membres de sa famille, a indiqué qu'il entendait ainsi "souligner combien il avait réagi avec dignité et avec responsabilité après ce qui lui est arrivé". François Hollande entendait aussi signaler que "la justice est saisie, qu'il faut lui faire confiance, qu'elle va aller jusqu'au bout et a commencé à prendre des décisions".

Théo a exhorté les jeunes à ne "pas faire la guerre"

"Mais nous avons aussi une pensée pour Théo", un "jeune qui avait toujours été connu pour (son) comportement exemplaire dans une famille qui est également présente dans le quartier d'Aulnay et qui veut vivre en paix et dans un rapport de confiance avec la police", a-t-il encore relevé lors de cette visite (voir la vidéo en haut de cet article).

Puis François Hollande a cédé la parole à Théo, indiquant que le jeune homme tenait à "adresser un certain nombre de messages". D'une voix fatiguée, Théo a adressé "un grand merci au président qui s'est déplacé" pour lui. "J'entends tout ce qu'il se passe en ce moment mais je ne suis pas trop les informations et tout ça parce que je n'ai pas envie d'être plongé dedans", a déclaré Théo.

 

Le jeune homme a cependant souligné qu'il souhaiterait retrouver sa ville "comme il l'avait laissée", dans une allusion aux violences qui se sont produites ces trois dernières nuits à Aulnay-sous-Bois où des véhicules et des poubelles ont été incendiés. Théo a exhorté les jeunes à ne "pas faire la guerre" et à "rester unis", disant avoir "confiance en la justice".

"Merci à vous pour l'amour pour votre ville"

Visiblement ému, François Hollande a enchaîné: "Merci à vous pour ce message, pour cette confiance et pour l'amour pour votre ville". La mère du jeune homme a souligné à son tour combien Théo "aime Aulnay" où il est né dans ce même hôpital où il est soigné à présent.

Un peu plus tôt, François Hollande avait fait référence à l'affaire à l'occasion d'un déplacement dans le Val-d'Oise. "La justice (...) est garante des libertés et les citoyens doivent comprendre que c'est le juge qui les protège", avait-il souligné. "Le juge prend la décision, y compris pour ouvrir une information judiciaire et pour qualifier les faits qui permettent au citoyen de savoir qu'il sera protégé si ses droits ont été bafoués, si son intégrité physique a été mise en cause, y compris par un agent des forces de l'ordre", a-t-il a enchaîné.

Un policier a été mis en examen pour viol et trois autres pour violences volontaires en réunion après que le jeune homme de 22 ans a été gravement blessé à coups de matraque au niveau de la zone rectale. Théo s'est vu prescrire 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT). Cette affaire a suscité une vive émotion et provoqué plusieurs nuits d'incidents dans son quartier.

http://www.huffingtonpost.fr/