L'opposition guinéenne lance un front contre un éventuel troisième mandat d'Alpha Condé

La constitution de ce front est une réaction aux récentes déclarations de plusieurs proches du chef de l'Etat qui se sont exprimés en faveur d'une nouvelle candidature d'Alpha Condé en 2020.

D'abord, c’est le directeur général de la police, Bangaly Kourouma, qui s'est exprimé en faveur d'une nouvelle candidature présidentielle pour Alpha Condé. Puis Nantou Chérif Konaté, la coordinatrice nationale du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), le parti présidentiel, a, elle aussi, assuré que le peuple demanderait un troisième mandat. De son côté, le chef de l'Etat entretient le flou. Il y a quelques mois, à la question, posée en conférence de presse, de savoir s'il allait se représenter, le président répondait : « Ce sera aux Guinéens de décider ».

Depuis le début de l'année, le débat s'intensifie. Cette semaine, des partis politiques lancent un front contre un éventuel troisième mandat.

 

« Refuser un tripatouillage de la Constitution »

« Ici, le premier objectif, c’est de demander à Monsieur le président de la République de se prononcer, de réitérer son engagement de se conformer à la Constitution et de ne pas vouloir la tripatouiller, explique Cellou Dalein Diallo, le chef de file de l’opposition. Le deuxième objectif, si vraiment son intention est de modifier la Constitution, c’est d’organiser, à ce moment-là, la lutte pour refuser le tripatouillage de la Constitution. »

 

Les partis politiques d'opposition du front rappellent que la Constitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels.

 

RFI
Le 9 février 2017

Écrire commentaire

Commentaires : 0