La douleur indocile de Williams Sassine, l’insurgé de Guinée

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/04/26/la-douleur-indocile-de-williams-sassine-l-insurge-de-guinee_5117975_3212.html

L’écrivain guinéen Williams Sassine dans les années 1980.Crédits : DR Non, décidément, Williams Sassine « n’était pas n’importe qui ». Romancier, dramaturge, journaliste, cette figure de la littérature africaine n’aura jamais mâché ses mots et aura été fidèle à son engagement jusque dans la mort. Décédé à l’aube du 9 février 1997 devant sa machine à écrire alors qu’il s’apprêtait à taper l’une de ses « chroniques assassines » pour le journal satyrique Le Lynx auquel il collaborait depuis cinq ans, l’écrivain guinéen aura passé sa vie à défendre les gens de peu, les gens de rien, ceux à qui les politiques auront volé les indépendances en usurpant le pouvoir et en confisquant la parole. Lui qui, à 17 ans, aura été envoyé, lors du « complot des enseignants » de 1961, au camp Alpha Yaya où il a passé cinq jours, racontera-t-il par la suite, « sans manger, sans boire, au soleil de six heures du matin jusqu’à huit heures du soir », aura payé jusque dans sa chair le prix de la liberté.

CLIQUER ICI POUR LIRE LA SUITE

lemonde.fr/magzquebec.com
Le 26 avril 2017

Écrire commentaire

Commentaires : 0