Mali: deux soldats et deux civils tués par des jihadistes présumés

Deux soldats maliens et deux civils ont été tués lundi dans le nord du Mali, près du Niger, au cours d'une attaque menée par des jihadistes présumés, selon une source sécuritaire et le ministère de la Défense.

L'attaque a été perpétrée lundi par des "assaillants armés" dans les environs du village de Fafa, près de la frontière avec le Niger, a affirmé la source sécuritaire jointe par l'AFP depuis Ansongo, proche de la zone concernée.

"Nous avons malheureusement perdu deux hommes. Deux civils ont été tués également. Deux véhicules de l'armée ont également (été) emportés" par les assaillants, a ajouté la même source selon laquelle "ce sont des jihadistes qui agissent de la sorte".

Le bilan de l'attaque a été confirmé par le ministère de la Défense qui a fait en outre état de deux soldats blessés lors de cette attaque, sans plus de détails.

L'unité des forces armées maliennes attaquée "assurait la protection des forains dans la zone", a précisé la source de sécurité.

Des renforts étaient lundi en route vers la zone de l'attaque, selon le journaliste de l'AFP à Ansongo. Un déploiement également confirmé par le ministère de la Défense sans plus de précisions.

L'armée a demandé aux habitants de rentrer pour éviter des morts de civils en cas de nouveaux affrontements, a affirmé à l'AFP un habitant dans le voisinage.

Le nord du Mali était tombé en 2012 sous le contrôle de rebelles touaregs alors alliés à des groupes jihadistes liés à Al-Qaïda.

Les groupes jihadistes en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale qui se poursuit actuellement.

Le 5 mars, onze soldats maliens avaient été tués dans une attaque contre une base militaire à proximité de la frontière burkinabè, revendiquée par le "Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans", nouvelle formation jihadiste issue de la fusion entre plusieurs groupes du Sahel.

AFP 2017

Le 13 mars

Écrire commentaire

Commentaires : 0