Venus de Guinée, coincés à Louvroil, ils jouent leur propre rôle ce week-end aux Turbulentes

Ils sont une dizaine, comédiens exceptionnels et patients demandeurs d’asile. « We meet in paradise » raconte leurs parcours, leurs valeurs et leurs espoirs samedi et dimanche soirs, à l’heure des Turbulentes.

Ils sont «  les migrants  ». Un corps, une tête, une âme. Ils ont été délogés d’un camp à Paris, d’un parc à Lille. Et, comme Aboubacar, Rémy, Ousmane, Mammadou et Haidara, ils écoutent leur propre voix enregistrée par la compagnie allemande ThéâtreFragile qui raconte pourquoi ils sont là. Pourquoi leur cœur bat, bat plus fort pour couvrir les voix de ceux qui parlent à leur place.

«  Nous sommes des hommes, des femmes, contraints de fuir leur pays. Nous ne sommes pas venus ici pour trouver le confort », lance Fatoumata qui avait terminé des études en Guinée et qui, jamais, n’avait «  imaginé devoir quitter  » tout ce qu’elle avait construit pour se retrouver dans cette zone incertaine propre aux demandeurs d’asile avec ses trois enfants de 11, 7 et 3 ans. Voici bientôt deux ans qu’ils attendent une réponse qui ne vient pas. Pourront-ils rester ? Ou devront-ils partir ? Pour où ?

Les compatriotes de Fatoumata, sur le sol français depuis six mois, sont rivés sur cette même angoisse, paralysés par l’attente et l’ennui que viennent réveiller, quelques heures par semaine seulement, des cours de français, un match de foot à disputer et cette participation inattendue aux Turbulentes.

Au moment de la pause qui coupe la répétition, chacun prend la parole car «  chacun a son histoire  » même s’ils ont fait le même trajet. Ils porteront des masques, ce week-end, pour deux représentations. Un choix des metteurs en scène car le masque est universel. Aussi parce qu’il crée une distance permettant de pointer le sentiment d’étrangeté qui «  peu à peu s’efface quand se produit le rapprochement  ». Rendez-vous pour un moment fort.

Samedi et dimanche, préau Caby, à Vieux-Condé, à 20 h 30.
Le 29 avril 2017

Écrire commentaire

Commentaires : 0