L'Italie veut que les autres pays européens reçoivent les bateaux de migrants

Le ministre italien de l'Intérieur dénonce "l’énorme pression" à laquelle son pays fait face.

Le ministre italien de l'Intérieur a appelé dimanche, dans un entretien au quotidien Il Messaggero, les pays européens à ouvrir leurs ports aux bateaux allant récupérer des migrants au large des côtes libyennes. 

Alors qu'une réunion est prévue ce dimanche soir à Paris entre les ministres de l'Intérieur français, allemand et italien pour discuter d'une "approche coordonnée" visant à gérer l'afflux de migrants, il dénonce une "énorme pression" sur l'Italie.

Outre la marine italienne, les bateaux qui vont chercher les migrants "battent pavillon de différents pays européens", souligne le ministr. Il s'agit des bateaux d’ONG, de l’opération navale européenne "Sophia" et de l’agence européenne des frontières Frontex. Pour le ministre, "si les seuls ports vers lesquels les réfugiés sont acheminés sont les ports italiens, cela ne marche pas. C’est le cœur de la question. Je suis un europhile et je serais fier si même un seul bateau, au lieu d’arriver en Italie, allait dans un autre port. Cela ne résoudrait pas le problème de l’Italie, mais ce serait un signal extraordinaire", explique le ministre.

Alors que ses structures d’accueil sont saturées, l'Italie a récupéré au moins 75.000 personnes depuis le début de l'année, un chiffre en hausse de 15% par rapport à la même période l'an dernier.

En conséquence, l'Italie a menacé mercredi de bloquer l'entrée de ses ports aux bateaux étrangers ramenant des migrants depuis les côtes libyennes. En réponse, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a rappelé jeudi que l'Union européenne a alloué 10,2 milliards d'euros à la gestion des migrants en 2016 et 2017.

atlantico.fr
Le 3 juillet 2017

Écrire commentaire

Commentaires : 0