Le président de la commission de l'UA s'inquiète de la politique américaine sur les opérations en Afrique

Le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, s'est interrogé mercredi sur la politique des Etats-Unis à l'égard des opérations de paix en Afrique après que l'administration de Donald Trump eut bloqué un financement par l'ONU d'une force régionale anti-islamiste au Sahel.

"C'est un cas bien précis d'un certain nombre d'Etats africains qui prennent une initiative d'une force dédiée spécialement à la lutte contre le terrorisme. Donc, on ne comprend pas que les Etats-Unis puissent se réserver ou ne pas s'engager dans la lutte contre le terrorisme", a déclaré à l'AFP à Addis Abeba l'ancien ministre tchadien des Affaires étrangères.

Les dirigeants des pays du G5 Sahel, aiguillonnés par le président français Emmanuel Macron, ont acté dimanche à Bamako la constitution d'une force antijihadiste conjointe et débloqué des fonds pour commencer le déploiement de 5.000 hommes en septembre-octobre. Le Tchad est l'un des contributeurs à cette force constituée avec la Mauritanie, le Burkina Faso, le Mali et le Niger.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté le mois dernier une résolution saluant son déploiement mais sans lui délivrer ni mandat ni fonds. Selon des diplomates, les Etats-Unis rechignent à affecter des fonds onusiens à l'opération. Principal contributeur aux opérations de maintien de la paix des Nations unies, Washington souhaite resserrer les cordons de la bourse depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

M. Faki qui a fait de la paix et de la sécurité sa priorité depuis son élection à la tête de l'exécutif de l'UA en janvier dernier a exhorté les Etats-Unis ne pas abandonner leur soutien au continent africain.

"Nous espérons que la nouvelle administration américaine puisse être en phase avec les défis actuels du monde. Il ne nous semble pas opportun en tout cas à ce que les Etats-Unis se désengagent, ce sont des questions fondamentales et qui déterminent la paix et la stabilité dans le monde", a-t-il dit à l'AFP.

Sous la pression des Etats-Unis, les Nations unies ont déjà accepté de réduire le budget des Casques bleus de 600 millions de dollars, aux termes d'un accord conclu la semaine dernière à New York.

Les missions les plus touchées seront celles de la région du Darfour, au Soudan et de la République démocratique du Congo, les opérations les plus coûteuses à plus d'un milliard de dollars chacune.

Washington finance 28,5% du budget des opérations de maintien de la paix (7,87 milliards) et 22% du budget de fonctionnement de l'ONU (5,4 milliards).

Le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, s'est interrogé mercredi sur la politique des Etats-Unis à l'égard des opérations de paix en Afrique après que l'administration de Donald Trump eut bloqué un financement par l'ONU d'une force régionale anti-islamiste au Sahel. "C'est un cas bien précis d'un certain nombre d'Etats africains qui prennent une initiative d'une force dédiée spécialement à la lutte contre le terrorisme. Donc, on ne comprend pas que les Etats-Unis puissent se réserver ou ne pas s'engager dans la lutte contre le terrorisme", a déclaré à l'AFP à Addis Abeba l'ancien ministre tchadien des Affaires étrangères. Les dirigeants des pays du G5 Sahel, aiguillonnés par le président français Emmanuel Macron, ont acté dimanche à Bamako la constitution d'une force antijihadiste conjointe et débloqué des fonds pour commencer le déploiement de 5.000 hommes en septembre-octobre. Le Tchad est l'un des contributeurs à cette force constituée avec la Mauritanie, le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté le mois dernier une résolution saluant son déploiement mais sans lui délivrer ni mandat ni fonds.

 Selon des diplomates, les Etats-Unis rechignent à affecter des fonds onusiens à l'opération. Principal contributeur aux opérations de maintien de la paix des Nations unies, Washington souhaite resserrer les cordons de la bourse depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. M. Faki qui a fait de la paix et de la sécurité sa priorité depuis son élection à la tête de l'exécutif de l'UA en janvier dernier a exhorté les Etats-Unis ne pas abandonner leur soutien au continent africain. "Nous espérons que la nouvelle administration américaine puisse être en phase avec les défis actuels du monde.

 Il ne nous semble pas opportun en tout cas à ce que les Etats-Unis se désengagent, ce sont des questions fondamentales et qui déterminent la paix et la stabilité dans le monde", a-t-il dit à l'AFP. Sous la pression des Etats-Unis, les Nations unies ont déjà accepté de réduire le budget des Casques bleus de 600 millions de dollars, aux termes d'un accord conclu la semaine dernière à New York. 

Les missions les plus touchées seront celles de la région du Darfour, au Soudan et de la République démocratique du Congo, les opérations les plus coûteuses à plus d'un milliard de dollars chacune. Washington finance 28,5% du budget des opérations de maintien de la paix (7,87 milliards) et 22% du budget de fonctionnement de l'ONU (5,4 milliards).

 

AFP
Le 6 juillet 2017

Écrire commentaire

Commentaires : 0